Chili

Las Torres Del Paine

Il pleut, il mouille, difficile de s’enthousiasmer pour une balade de 20km. Nous enfournons notre petit déjeuner frugal sur l’une des trois tables branlantes et sales abritées de la pluie. Un lapin traverse la clairière. Maël est motivé. La pluie cesse laissant place à la douceur. 

La petite troupe s’engage sur le chemin le plus populaire et le plus engagé du parc, la randonnée qui mène à l’observatoire des Paine. Deux petites heures d’une douce montée dans la vallée avant de rejoindre le refuge des Chiliens. Pause chocolat chaud. 1h30 à travers une magnifique forêt illuminée par les rayons du soleil, pause pique-nique. Le « passage des vents » offre un beau panorama sur la rivière encaissée entre les montagnes noires et les forêts rases. La dernière ascension ardue entre les gros blocs de pierre est encombrée de touristes. Sur certains passages, on marche dans les pas les uns des autres. Pénible.

Léa, du haut de ses trois ans, parvient vaillamment au sommet tandis que la plupart des touristes souffrent, crachent, s’épuisent. Là-haut, le lac aux eaux bleues du glacier est plongé dans la brume. Les nuages bas cachent désespérément les « tours ». Nous ne les verrons pas, mais nous sommes parvenus au sommet sans heurts. Une forte pluie nous chasse, et c’est trempés que nous redescendrons le pierrier, la forêt, avant de faire une bonne pause chocolat chaud goûter. Tandis que le jour baisse, le soleil perce enfin et dévoile les tours tandis que nous atteignons le camping, 11h après l’avoir quitté ce matin. Personne n’a râlé. Les enfants ont été incroyables. Cette balade mythique nous a semblé bien monotone, un aller et retour sans point de vue, une autoroute de randonneurs dont le seul point d’orgue est le sommet quand il est dégagé. Il y a sans aucun doute mieux à faire dans ce magnifique parc, le W est à éviter et le camping central à fuir. 

Pour tout dîner, Il ne nous reste que chips, céréales, une bière, trois soupes et quelques vermicelles qui ne parviennent pas à cuire dans l’eau bouillante de notre tasse. La misère. Rien à vendre dans le coin. Le restaurant du refuge est inabordable comme le reste ici. Nous ne nous faisons pas prier pour nous mettre au lit.

Une réflexion au sujet de « Las Torres Del Paine »

  1. La même que vous! Rando sous la pluie (on avait fait le W pas trop trop fréquenté « à l’époque » hormis cette ascension vers les Paine) avec lever de nuit pour but de voir le lever du soleil sur les Paine qui étaient restées cachées dans les nuages… Et une fois redescendus à la sortie du parc superbe éclaircie sur les tours… De super souvenirs de ce trek et des paysages incroyables… Bien contente de suivre votre expérience en ces contrées patagoniennes!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.