Chili

Estado de Excepción Constitucional

Santiago sous le soleil du coronavirus. Les boutiques ont fermé, les pharmacies et les commerces de bouche restent ouverts. Gants, masques et gel anti bactérien en rupture de stock, distance de 1 m dans les queues des supermarchés, filtrage des personnes se rendant en pharmacie, la ville prend doucement la mesure de la propagation. 

Pas de quarantaine malgré les demandes insistantes des maires de Patagonie qui craignent une accélération des cas. Les transports en commun sont plein, les rues se vident. 

Nous profitons de notre terrasse, cherchons un lieu de villégiature où passer un mois en attendant que le virus ne passe. Ocean? Santiago? L’appartement est confortable, on s’y sent bien. 

La défiance envers les touristes européens grimpe. Nous avons la chance de n’avoir rencontré que des chiliens accueillants, chaleureux et aidant. Pour combien de temps?

Notre cœur oscille entre naïveté, déni, espoir. Il nous est inconcevable de faire le deuil de notre tour du monde. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.