Autonomie jour 2 – Le glacier de Nansen et la baie de Bore

Notre première nuit polaire s’est bien déroulée, nous avons observé les sternes arctiques virevolter tout en guettant le moindre rocher au loin pensant qu’il pourrait se mettre en marche sous les formes d’un ours polaire égaré après avoir loupé la dérive des icebergs le menant au Groenland…
 
Aujourd’hui, un seul mot, patience.
Ronan aime que tout soit ordonné, fait avec calme, sans prendre de raccourcis. Nous attendons donc patiemment les ordres et effectuons les taches qui nous sont attribuées quotidiennement: 
Vaisselle par une eau à 3°C – ma première tournée a consisté à tenter désespérément d’anéantir le gras tenace d’un vieux chorizo sur une marmite en aluminium et 11 gamelles en plastique… Mission impossible!
Démontage du camp et chargement des kayaks. Il faut que chaque sac trouve sa place sans que rien ne soit mouillé, ça prend deux jours, mais ça rentre, chacun trouve son petit truc pour charger rapidement, sereinement et sans retrouver son matelas trempé en arrivant.
 
On déjeune généralement peu après avoir petit déjeuné, une paire d’heures afin d’éviter de devoir s’arrêter et tout ressortir pendant le trajet. On prend vite le pli, le déjeuner c’est une salade coriace et une soupe. Dans la même timbale, on commence par la soupe Yomi, on poursuit par la salade de riz, de pâtes ou de pois chiches, puis on termine par notre délicieuse crème Mont Blanc, enfin on lave le tout avec un bon café! Je vous assure ça finit par passer, même si le café sauce chinoise et chocolat n’est pas du meilleur goût!
On attend la marée montante….
Départ prévu à ….h, 3h mi-montante…. En fait on met les rames vers 18h, mais pour nous, ce sera désormais après le déjeuner, peu importe l’heure qu’il est, qu’il sera ou qu’il devrait être.
 
Coordination parfaite avec Nico, on rame bien, la mer est calme, le ciel bouché.
23km, 3km/h en moyenne en comptant les pauses photos, twix et autres.
Après 5h30 de rames et quelques cafouillages quant au lieu réel du camp, nous plantons notre second camp sur la plage au bateau échoué, lieu magnifique…. dans la baie de Bore, entre les glaciers de Bore et Nansen.
Seul bémol, l’eau est boueuse, saumâtre, imbuvable….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans le même pays

Spitzberg

Autonomie jour 3 – Bore

Pas d’eau… On rassemble et vide le reste d’eau de nos gourdes pour le petit déj…Puis on part tous à la recherche d’un point d’eau, car

Lire la suite »
Spitzberg

Nous quittons un monde fascinant

De ce voyage extraordinaire on retiendra… Notre première expérience de kayak de mer,Un premier voyage en autonomie pour Marion,Un groupe sympa, sportif et soudé, un guide

Lire la suite »
Spitzberg

Autonomie jour 6 – Wallenberg

Le tour de garde sous le soleil donne naissance à Rennotaure II, éphémère sculpture de glace, de pierre et d’os qui fondra avant d’être immortalisée.  Avant

Lire la suite »