Le village traditionnel de Dilidjan

Le soleil est de retour.

Le minibus bondé franchit un long tunnel avant de déboucher sur Dilidjan après 25km de bonne route vers le Nord. Chose incroyable dans ce pays: à l’arrêt du bus, un office du tourisme avec écrit ‘english spoken’… Après calcul et 3 semaines de voyage, ce n’est que la septième personne que l’on rencontre qui parle anglais, si si on vous jure.

La charmante Nadine, typée russe, nous mène à un B&B digne de ce nom. La famille est aux petits soins. On nous sert café, petit déjeuner et repas dans la même foulée!
L’endroit est sympathique et fleuri. Dilidjan s’étend sur toute la vallée verdoyante. Les maisons sont typées et on a enfin l’impression d’être dans une ville de caractère.

L’excursion de l’après-midi, vous l’aurez deviné, a pour but deux monastères.

Le premier, Goshavank, au coeur d’un petit village, forme un bel ensemble.

Le second, Haghartzin, est perdu dans une forêt dense et vallonnée où les arméniens font de grands pique niques, BBQ et sieste.

Dilidjan se prépare à accueillir plus de touristes et la ville fait des efforts. En dehors du bureau d’informations, une sorte de musée en plein air reconstitut une ‘vraie rue arménienne’ comme on n’en a jamais vu! ‘était beau l’Arménie au XIX, un peu comme la Turquie avec des maisons en pierre aux balcons de bois sculptés.
La ville offre encore de beaux restes tant d’architecture soviétique que de vieille maisons.

De retour à la maison, la babouchka nous accueille avec un grand sourire. Elle se faisait du soucis pour nous, pauvres touristes perdus dans Dilidjan sans adresse ni plan de ville.

Le repas, soupe et raviolis arméniens plongés dans du yaourt, est somptueux. Marine nous invite à prendre le café à l’étage et la soirée continue autour du piano et de quelques chansons. Le fils de 8 ans danse un rap endiablé devant son miroir tandis que nous feuilletons l’album de photos de famille. Un grand père parti pour Marseille à l’époque du génocide et une mère bulgare. Après avoir vecu en France, ils partent pour Moscou puis Tbilissi avant de s’installer a Dilidjan. La famille était intime de la famille Petrossian, ex-president des Arméniens.

On passe une très belle soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans le même pays

Arménie

Rencontre avec Gagas

Que faire à 4h du matin après une nuit blanche, dans une ville inconnue, sans réservation d’hôtel? Après un café au bar de l’aéroport ultra

Lire la suite »
Arménie

Monastère de Gherart

Coup de bol, le gardien Macha nous emmène à Erevan dans sa voiture toutes options. On prend le bus pour Garni puis le taxi pour

Lire la suite »
Arménie

Exploration d’Erevan

Petit tour pour faire notre visa de 5  jours à l’ambassade du Haut Karabakh : 5 minutes, une photo, 25 euros. Petit détour à travers

Lire la suite »