Les pingouins de Chiloé

Les réveils sont de plus en plus difficiles… le sommeil coquin. Une terrible envie de ne rien faire nous saisit dès le saut du lit. Maël nous motive, allez voir les pingouins vaut un petit effort. 

Apres les recommandations d’Hector, suivons la côte jusqu’au ferry pour l’île de Chiloé où viennent se reproduire les pingouins de Magellan et ceux d’Humboldt. Les premiers, reconnaissables à leur cou noir et leur deux lignes noires, se dirigent  au sud vers le détroit du même nom tandis que les seconds retournent au nord. L’îlot de Puñihuil est le seul endroit au monde hébergeant les nids des deux types de pingouins car il bénéficie des courants marins nordiques et sudistes. 

La route est longue. Nous faisons une halte rapide dans le lieu-dit de Chacao, site de la première expédition espagnole dans la région en 1540 sur la route du Pérou. La réelle conquête de l’île commença en 1567 mais les peuples indigènes mapuches reprirent leur territoire et Chiloé resta isolée des autres possessions espagnoles L’histoire coloniale progressa ici comme ailleurs, confiscation des terres, génocide, et bien sur évangélisation. 

Les premiers jésuites s’établirent en 1612 et convertirent les Huiliches. L’association des amis des églises de Chiloe, chaudement recommandée par Hector, ainsi que la cathédrale d’Ancud sont malheureusement fermées et nous n’en apprendrons pas plus sur l’architecture remarquable de ces constructions religieuses en bois. 

La route longe la mer intérieure jusqu’à rejoindre l’océan. Au bout de la plage, un petit bateau nous mène à proximité des pingouins que nous apprenons à distinguer par leur cous blancs ou noirs. Il existe également cinq sortes de cormorans dont ceux à pattes rouges particulièrement beaux. On adore voir ces petites bêtes pataudes. 

Les empanadas de fruits de mer sont légion sur la côte et nous ne manquons pas de les goûter. La campagne est très verte, vallonnée et fleurie. Le coin semble plutôt écolo. Pêche, saumon, industrie métallurgique, élevage, font la renommée du coin. L’île est très peuplée, la circulation dense, le retour longuet. 

Une autre bonne journée se clôt. 

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans le même pays

Chili

Estrecho de Magallanes

Après une semaine passée ensemble, Julia, Severin, Léa, Mathilda et Noah  nous  précèdent pour aller voir les manchots royaux. Au revoir avant de se recroiser.  Notre flânerie

Lire la suite »
Chili

This is the end

Dur d’avoir encore envie d’écrire.  Arrêtés en plein vol. Nos petites ailes de voyageurs ont été coupées, plumées une par une, ligotées au sol.  Quel est

Lire la suite »
Chili

Las Torres Del Paine

Il pleut, il mouille, difficile de s’enthousiasmer pour une balade de 20km. Nous enfournons notre petit déjeuner frugal sur l’une des trois tables branlantes et

Lire la suite »