Les vagues de Tangalle

Quiétude. Calme total. Nous apprécions. Nous sommes seuls dans notre petite pension… pas un touriste… c’est la saison basse sur la côte sud.

Depuis notre bungalow isolé sous les arbres on voit passer plus de paons sauvages, de tortues d’eau douce ou de varans que de gens! Les oiseaux chantent toute la journée.
 
Maël se réveille aux aurore car le propriétaire nous a proposé de l’accompagner au marché aux poissons.
Une vingtaine de bateaux sont rentrés d’une pêche matinale et les gens font leur marché sur la plage. Un peu plus loin, le port avec ses petits chalutiers colorés partis pêcher du gros pendant plusieurs semaines.

Tout le monde s’affaire autour des thons, calmars, harengs et autres poissons dont  nous ne connaissons pas le nom.

Au retour à 8h30, petit déjeuner copieux avec crêpes à la noix de coco, petit samossa, galettes noix de coco à la vapeur, brioches, hopper à l’œuf, salade de fruits, toasts… on ne parvient pas à bout d’un tel festin.
 
Les enfants se régalent toute la matinée dans la piscine. On met le blog à jour. On prépare la suite du voyage.
 
En début d’apres-midi, on marche 7 minutes pour atteindre la belle plage de sable dont les violents rouleaux provoquent des courants dangereux. Petits calamars dans la cahute de la plage.
Le beau château en l’honneur des tortues au milieu des rochers est attaqué par les vagues. Du monde mais pas trop. Très chouette.
Ce soir, nous nous sommes rendu au Turtle Conservation Project sur la plage de Rekawa pour espérer observer les tortues qui viennent y pondre. Arrivés sur place nous avons marché sur la large plage sous le clair de lune avec les impressionnants rouleaux qui viennent se fracasser bruillament sur la côte. Nous nous habituons très vite à la pénombre. La nuit est claire. Les lampes de poches et flashs sont interdits pour préserver la tranquillité des tortues.
 
Le ciel est très dégagé, étoilé, on aperçoit distinctement mars dans le ciel. Sur l’horizon les lumières des bateaux de pêche.
Nous rejoignons une famille de 5 personnes assise sur le sable. A une dizaine de mètre une grosse tortue creuse le sable avec ses nageoires. Le guide nous explique que ce sont des animaux très craintifs et qu’il faut se tenir à l’écart jusqu’à ce qu’elle ponde. Elle peut creuser pendant 1h un trou de 75cm de profondeur.
Puis une autre énorme tortue verte (petite selon le guide mais pas loin de 150kg tout de même) sort de l’eau et remonte la plage. Elle ne restera qu’une quinzaine de minute avant de retourner vers l’océan. Maël est tout excité et nous aussi.
 
La deuxième ne tarde pas à abandonner son nid sans œufs. Ce sont de jeunes mères. Elles reviendront 6 fois de suite toutes les 2 semaines retenter de pondre quelques 150 œufs qui resteront 2 mois sous le sable avant d’éclore. Seul 1 petit sur 1000 arrivera à l’age adulte. Elles parcourent des milliers de kilomètres mais reviennent pondre sur la plage de leur naissance tous les 3ans.
Nous les regardons se faire emporter par les vagues laissant derrière une belle trace dans le sable. Il est déjà 23h, temps de rejoindre notre bungalow pour une bonne nuit de sommeil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans le même pays

Sri Lanka

A lazy day

Ah ces crêpes aux œufs… Maël a réussi à en engloutir 4 au petit déjeuner!Il est très fier de porter le maillot officiel de l’équipe

Lire la suite »
Sri Lanka

Last but not least

Une des attractions de Negombo réside dans l’exploration de sa lagune en bateau. Les portugais puis les hollandais ont construit des canaux dans la ville,

Lire la suite »
Sri Lanka

Little Adams Peak

Il fait beau, pensant qu’à la montagne la température serait basse, d’autant qu’en arrivant hier soir on a eu froid, on se couvre… et on

Lire la suite »