Kata Tjuta

Ce matin, tel un éternel fastidieux recommencement, le réveil fait résonner son épouvantable sonnerie, arrachant les enfants à leur sommeil réparateur. Difficile de les convaincre d’abandonner leur couette pour aller marcher sous le cagnard… l’aube blanchit déjà lorsque nous pénétrons dans le parc d’Uluru Kata Tjuta. Le soleil caresse délicatement les silhouettes des têtes du rocher profane de Kata Tjuta avant de saluer la lune pleine. La silhouette caractéristique de ce rocher émerge.

Uluru et Kata Tjuta ont été formés il y a plus de 500 millions d’années par l’agglomération de sédiments de silice pour Uluru et de conglomérats de basaltes et granites pour Kata Tjuta. Ces sédiments ont ensuite durci sous la pression de l’océan qui a recouvert la région avant d’être fracturés, de se retourner à 90 degrés, faisant émerger les extrémités de leur strate. L’érosion a ensuite œuvré, creusant des failles, des grottes, créant des motifs et des dessins. 

Chapeaux, filets anti-mouches, tee-shirts UV50 à manches longues, parapluies, nous sommes parés pour la randonnée dans la vallée des vents. L’approche est plutôt monotone mais une fois passé le premier tronçon, nous découvrons une vallée luxuriante entre les roches. Les agglomérats semblent pris au piège dans une masse dense qui atteint d’importantes épaisseurs. Le panorama depuis le point de vue de Karingana domine l’oasis perdue au cœur des têtes rouges mystérieuses.

Harassés par la chaleur, nous restons enfermés dans la voiture, profitant de la fraîcheur de la climatisation, à l’abri des mouches, tandis que Nico file dans la gorge de Walpa sous un soleil de plomb. Le désert en plein été c’est beau mais ça se mérite! Il est temps de rentrer se reposer et manger.

Sieste, devoirs et… piscine bien sur! Les enfants améliorent leurs figures aquatiques, se débattent, sautent, pirouettent, marchent sur les mains, font les poissons et ne voudraient ne jamais sortir la tête de l’eau!

Malgré l’arrivée inopinée des nuages, nous filons droit sur le rocher emblématique d’Uluru pour le coucher du soleil…. Sur le parcours de Mala, des peintures rupestres sont peintes d’ocres dans des grottes. Elles témoignent de l’enseignement des techniques de chasse des anciens à leurs petits enfants au moment de leur rite de passage à l’âge adulte. 

Le soleil reste caché Derrière une petite mer de nuages sortie de nulle part. Dommage. 

La vallée des vents
La gorge de Walpa
Dromadaire sauvage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans le même pays

Australie

Sauvons les koalas

Ce matin, Shirley nous attend à la fraîche pour notre deuxième cours de surf en famille. La houle est parfaite, le soleil pas encore trop

Lire la suite »
Australie

Eye fly

Nous avons soigneusement trié nos affaires et constitué un petit paquet de souvenirs qui s’est envolé pour Strasbourg: sculptures aborigènes, petite toile d’Uluru et Pingouin,

Lire la suite »
Australie

Uluru

Nous confions les enfants à Morphée et filons seuls admirer le lever du soleil sur Uluru. L’aube point à peine. Bleu, indigo, jaune, orange, doré,

Lire la suite »