Comme un Dauphin dans l’eau

Tandis que Nico capte la lumière du soleil levant, la température grimpe vite. Peu prudent d’aller sur la plage sous cette chaleur, nous restons à la maison ce matin tandis que le thermomètre annonce 39. 

Nous embarquons sur un zodiac pour aller à la rencontre des dauphins, protégés de haut en bas par crème, combinaisons, chapeaux, lunettes. Nous avons fait un tour au magasin de sport pour nous armer de tee-shirts protection 50. La côte est déchiquetée,  noire et rousse. Des petits phoques à fourrure dorment sur les rochers, d’autres sautent dans l’eau. Nous plongeons les observer de plus près. Pas farouches pour deux sous, ils se laissent approcher et continent leur petit jeu autour des rochers. C’est très ludique de pourvoir les suivre, les observer tête en bas, queue en l’air ou se poursuivant. Maël est à l’aise tandis que Zélie a du mal avec le masque et le tuba. 

Plus loin, un groupe de dauphins plongent. Nous pensions nager librement avec les dauphins mais malheureusement nous sommes tenus de nous accrocher à une corde, alignés comme des sardines,  en attendant que les dauphins viennent nous voir. Ce qu’ils font, très rapidement. Nous les voyons sous l’eau nous frôler, à quelques mètres avant de partir vers le large.

On aimerait les suivre, jouer avec eux. L’expérience de la nage avec les dauphins s’achève là… Quelle frustration! Plus loin, nous les retrouvons en plein ébats amoureux et avons tout le loisir de les observer plonger et même sauter très haut. Quel spectacle réjouissant et magnifique que de voir tout ce groupe de dauphins joyeux nous tourner autour, passer sous le bateau puis repartir pêcher. Nous sommes sous le charme. 

Nous rêvons d’achever la journée sur la plage de Stokes bay et sa petite piscine naturelle. Le pied sur le champignon, nous traversons l’île sur son unique route, traversons les forêts dévastées, tournons sur la route de la plage… horreur le clignotant de la jauge d’essence est rouge… marche arrière, station essence du coin fermée, marche arrière toute et retour au point de départ… plein d’essence effectué. Le soleil se couche…. nous ne verrons jamais Stokes bay. 

En rentrant de notre plage, un kangourou broute l’herbe verte de la pelouse de la maison d’en face. Trois koalas dorment toujours sur l’eucalyptus, bougeant à peine la tête à notre arrivée. Ces paresseux sont vraiment adorables.  

Lac salé asséché
Ocean Safari
Chaque jour la jauge nous indique le risque d’incendie
Forêts brûlées de Kangaroo Island

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans le même pays

Australie

On range les maillots

Nos voisins écopent l’eau accumulée dans leur tente pendant la nuit, draps, matelas, cadavres de bouteilles, tout est trempé. Nous leur offrons nos bodyboard, notre

Lire la suite »