Le street art de Melbourne

Petit brunch avec pancakes préparés par Maël, la journée commence bien! Nous testons un des nombreux italiens du quartier de Carlton. Difficile de bien manger en Australie, tout est trop gras, trop plein de sauce, trop de friture. Melbourne recèle de peintures murales. Nous passons l’après-midi à suivre l’itinéraire du street art proposé par la ville. Les tagueurs de rue sont à l’œuvre, couvrant chaque jour les icônes de leurs collègues. Nous croisons POX, artiste français, dans Hosier Lane et sa copine Sonia qui bombe pour la première fois. Ici le tag est une institution et des ruelles entières y sont dédiées. C’est très chouette. 

Petits bars de rue entre deux pâtés de maisons, cafés hypster dans les vieux entrepôts, l’ambiance décontractée fait place aux artères commerçantes grouillantes, aux restaurants bondés de China Town, avant de s’apaiser à nouveau autour d’un petit concert au coin d’une rue. 

Melbourne croule sous les travaux, agrandissement du métro, nouvelles tours, rénovations. Le tram fonctionne bien et est même gratuit sur tout le centre ville. Bizarrement, l’architecture contemporaine est de très mauvais goût. Les immeubles qui poussent comme des champignons, sont tous plus ringards les uns que les autres. Vitrages violets, verts, bleus, bardages aux couleurs criardes, formes post-modernes. On se croirait projetés dans un Los Angeles des années 80, la folie et l’extravagance en moins. Il reste de beaux exemples d’architecture des années 10 et quelques édifices monumentaux néo-gothiques et néo-classiques. L’ensemble plutôt éclectique dégage une ambiance très agréable et easy going. 

De l’autre côté du fleuve Yarra se trouve la récente tour Eurêka et son observatoire situé au 88 ème étage. Le contraste avec les gratte-ciel japonais est flagrant, accueil sombre, décor vieillot et peu soigné, on est loin du raffinement nippon. La vue sur la ville vaut cependant le coup d’œil. Zélie lit avec attention les explications sur la construction de la tour dont les derniers niveaux sont plaqués or, tandis que Maël sort sur la venteuse plateforme observer de plus près la vie au sol à travers un gros télescope. 

Impossible de trouver du wifi en ville, tous les bars, resto et sites sur lesquels nous avons fait halte aujourd’hui en sont dépourvus, consternant! 

Le mercredi soir a lieu le marché de nuit de Victoria. Concert, spectacle, stands de boissons et food court, marché de l’artisanat, ambiance vacances au sortir du boulot. Nous dansons face aux chansons disco de Vaudeville Smash. Les enfants étaient ravis de leur premier concert.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans le même pays

Australie

Kings Canyon

Il fait encore nuit lorsque le réveil sonne, volant nos dernières heures de sommeil à nos doux rêves nocturnes. Un ciel étoilé nous accompagne jusqu’au

Lire la suite »
Australie

Surfers’ paradise

Finalement, la nuit a été bien meilleure qu’escomptée. Matelas, vrais coussins, petite brise, plus confort que la tente. Ce matin, le soleil à chassé les

Lire la suite »
Australie

Seal rocks

Nous quittons le camping sans charme de Forster après l’école. Depuis l’observatoire de Bennets Head on apprécie les strates de roches noires se jetant dans la

Lire la suite »
Australie

200 jours

Nous avons amadoué notre van. Zélie parvient même à y faire des grasses mâtinées. Le beau temps ne tarde à venir malgré une nuit quelque

Lire la suite »