La nouvelle route de la soie

Le désert défile. Un désert de rocailles. Des milliers d’éoliennes tracent de petites bâtons blancs au loin. Les hautes montagnes enneigées du plateau tibétain surgissent tels des mirages tandis que le train roule vers Jiayuguan.

Des alignements de barres d’immeubles identiques, des projets d’urbanisations sur plusieurs hectares, des quartiers de résidences néo-traditionnelles, des villas alignées entre quatre murs, les sempiternelles immeubles du centre ville, tous identiques, laids et monotones. Bienvenue à Jiayuguan, ville industrielle noyée sous les usines de charbon, les hauts fourneaux, les cheminées des centrales thermiques, située aux portes du désert de Gobi.

Bilbao a choisi l’art contemporain pour se reconstruire, Jiayuguan profite du pharaonique programme de liaison économique « Nouvelle route de la soie ». Outre la création d’un axe commercial à grande vitesse entre Europe et Chine, le projet développe le tourisme et l’implantation des populations le long de la voie.

Le passe de Jiayuguan, place forte importante de la route de la soie en 1380, a été reconstruit en profondeur. La grande muraille de Chine, en argile et riz, cailloux et briques, y renaît de ses cendres tel un phœnix.

Vraiment ?

Depuis l’unique tour de guet accessible, le paysage est déconcertant. Les quelques 800m de murs oranges se faufilent péniblement entre les routes, les usines recrachant leur fumée noire de charbon, l’aéroport, les champs et les montagnes.

La nouvelle route de la soie est en quête de racines. Des bribes d’histoire rejaillissent déformées. Les ruines scrutent leur renouveau en vain. L’orgueil contemporain a tout balayé.

A vouloir trop chercher on se noie.

La vieille ville de Jiayuguan
La muraille de Chine reconstruite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans le même pays

Chine

Le Temple du Ciel

Deux riz vapeur, trois baozi au porc, deux aux légumes, des bananes et une crêpe, le vendeur du coin nous sert avec le sourire comme

Lire la suite »
Chine

Canard à grande vitesse

Nous quittons Pékin après 9 jours passés à la HueYuan Guesthouse. Tanner apporte des petites figurines de l’empereur et l’impératrice pour l’anniversaire de Maël avant

Lire la suite »
Chine

Les ocres zébrés

Il pleut. Les températures fléchissent. L’automne s’installe. La grisaille est propice à une matinée studieuse. Les enfants ont un peu délaissé leur carnet de voyage en

Lire la suite »