Le choc indien

Le chant du muezzin nous sort de notre profond sommeil vers 5h tandis que l’aube ne pointe pas encore tout à fait. Un peu plus tard, les singes hurlent et se chamaillent, sautent sur le bloc de climatisation de la chambre. Puis les cloches du temple hindoue donnant sur la cour tintent. Difficile de faire la grasse matinée. Le petit déjeuner est servi sur le toit entièrement grillagé pour se prémunir des attaques de singes et d’écureuils. Le Gange est baigné sous un manteau de brume. 

Nous nous perdons dans les lacets de la vieille ville pleine d’odeurs, de couleurs, entre les klaxons des motos, les sonneries de vélos, les bouses de vaches, les chèvres, les échoppes, les mendiants. Le sol est jonché d’immondices, les odeurs d’égouts planent. L’Inde nous envahit. Maël s’imprègne de l’atmosphère et apprécie. Zélie accuse le coup du voyage, la fatigue, la chaleur et le bruit l’accablent. 

Contrairement à la Russie, la Chine et le Népal qui sont méconnaissables 25 après, Bénarès ne semble pas avoir bougée. La pauvreté imprègne chaque portion de la Cité. 

Nous parcourons les ghats plein de vie. Les gens se purifient et nagent, les mariés viennent se faire bénir, les morts y font leur dernier bain sacré avant d’être brûlés sur les bûchers sous le regard indifférent des vaches, les habitants lavent leur linge. Les offrandes flottent, petites barques de fleurs et de flamme. Partout temples, lingams, sadhous enduits de cendre. Pieds nus dans les temples, nos pieds sont mouillés par l’eau du Gange qui est versée sur les statues en signe de purification. 

Le soir venu, une grande cérémonie de vénération du fleuve, une ganga aarti prend place sur le Dasaswamedh ghat, regroupant des milliers de spectateurs. 

Cette première immersion indienne nous a épuisés autant que fascinés. 

3 réponses

  1. Coucou les amis,
    Magnifiques photos ! C’est Marion a tout de vous suivre comme ça. Débordée depuis quelques temps, j’avais un peu raté un bout du Népal et je vous découvre en Inde. Pleins de bises.
    Une assidue.

    1. Coucou Fabienne

      Ca fait plaisir!
      On rêve de plages dorées mais l’inde Reste impressionnante.
      Ne te tue pas trop au travail! Conseil de tourdumondiste !!!
      Bises chez toi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans le même pays

Inde

Delhi asphyxiée

Le train entre en gare, ponctuel. Quelle déception nous avions misé sur une paire d’heures de retard pour prolonger notre nuit. Il est 5h25, il

Lire la suite »
Inde

La douceur du luxe

Plongés dans leurs lits douillets, rêvant des mille et une nuits, les enfants font la grasse matinée. La douche chaude, au jet fourni, ne coule

Lire la suite »
Inde

Les trésors d’Agra

Le ciel est gris, les enfants dorment. Nous avons tous besoin de récupérer. Bunti Khan nous dépose devant les imposantes double murailles rouges du Fort

Lire la suite »