Du haut de notre chambre vertigineuse nous guettons les monts enneigés. Il pleut ce matin, rien ne perce.  L’excitation nous gagne à mesure que l’heure du départ pour Lhassa approche. Nous donnons rendez-vous à Séverin, Léa, Matilda, Julia et Noa à Lhassa avant de prendre congé. 

Pas de fouille ni de contrôle drastique avant d’embarquer pour le Tibet, le scan habituel de bagages, passeport et photocopie du permis suffisent. 

Les « couchettes dures » sont certes un peu plus fermes que les molles mais ce qui les différencie réellement c’est le fait de se composer de compartiments de 6 lits sans porte, donnant sur le couloir, les passagers devenant acteurs et voyeurs pendant les 21h de trajet. Exit le tapis, les chaussons, la bouilloire, les fleurs sur la table, terminée aussi la propreté des toilettes. Dans le wagon 12 comme dans les autres, ça fume malgré l’interdiction, ça chante, ça circule. 

Extinction des lumières à 22h, allumage général à 7h du matin. La radio diffuse dans le couloir pendant les heures actives, le charriot passe avec quelques soupes ou plat aux de riz, les curieux se postent devant nous pour voir ce que l’on trafique. On échange quelques mots, un peu toujours les mêmes. Mon chinois n’a pas fait de grand bond en avant et j’en reste aux phrases de base. 

La nuit est difficile, longue, étouffante, froide, puis suffocante, le thermostat déraille, l’alarme se met en route, la pression monte. L‘altitude fait tourner la tête. Le souffle est profond. Les odeurs de cigarettes sont insupportables à une telle altitude. Le train franchit lentement un col à 5072m. La gorge sèche, le nez coule, les yeux picotent. 

Insomnie. Les heures passent lentement. A l’extérieur la pleine lune éclaire un désert de permafrost.

Train Xining-Lhassa : 1956km / temps de trajet : 21h20

La liaison a été inaugurée en 2006. Elle traverse les hauts plateaux tibétains et plus de 960km se situent à plus de 4000m. Le point culminant est le Tanggula Pass à 5072m. La ligne devrait être prolongée jusqu’à Kathmandou en 2024.

Avec Matilda et Noa
Goodbye Xining
Lac Qinghai
Notre triplex
« In case of emergency » nous explique notre compagnon de compartiment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.