La muraille de Jingshanling

Confortablement installés dans les sièges en cuir de la voiture du gérant de notre pension, nous partons à 130km au nord de Pékin, sur le tronçon peu fréquenté de Jinshanling. La grande muraille de briques grises serpente tel un dragon sur la cime des montagnes. L’ascension s’avère parfois ardue, les marches sont hautes voire inexistantes. Le paysage nous coupe le souffle. On ne s’attendait pas à tant d’enchantement, chaque tour de garde nous surprend, chaque contorsion du mur dévoile un autre paysage. D’ouest en est, 10km durant, nos cuisses travaillent sous 30° sans ombre et en croisant peu voir pas de touristes.

Le soleil se couche à l’ouest en un doux dégradé de bleus et de roses. Nous redescendons une demi-heure à l’aide de notre lampe de poche et quittons Jinshanling à la nuit tombée, la tête encore perdue dans les méandres montagneux. 

Avant de rentrer, nous faisons halte au village olympique. Sous la douceur nocturne, le nid d’oiseau d’Herzog et de Meuron rougit tandis que le water cube d’Arup s’éclaire de bleu, vert, rouge. Le lieu est très fréquenté par les chinois.

Le nid d’oiseau stade de 100 000 place d’Herzog et De Meuron
Piscine olympique d’Arup

3 réponses

  1. Waouh ! On voyage avec vous… j’adore vous lire et les photos de Nico sublimes !! Je crois que je suis allee au même endroit voir la Grande Muraille (Badalin et son toboggan pour redescendre du mur m’avaient « choquée »). Après 4 heures de marche sur la muraille…. sans touriste 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans le même pays

Chine

Les tambours de la tour

Il vaut mieux souffler ses bougies deux fois qu’une dit un proverbe chinois. Ce matin au petit déjeuner, avant d’écrire dans le carnet de voyage,

Lire la suite »
Chine

Beijing trendy arty

Le jardin est propice à l’étude. Les enfants avancent sur leur cahiers malgré une connexion défaillante ne nous permettant pas de regarder les vidéos explicatives

Lire la suite »