Les tambours de la tour

Il vaut mieux souffler ses bougies deux fois qu’une dit un proverbe chinois. Ce matin au petit déjeuner, avant d’écrire dans le carnet de voyage, Maël souffle une nouvelle fois ses 10 ans. Ça ne peut pas faire de mal. 

Les devoirs c’est long, ça prend du temps, ça demande de la concentration dans un contexte de vacances, ça nécessite beaucoup d’efforts à toute la famille. On décolle en fin de matinée en ayant l’impression d’avoir à peine travaillé. On se remet en question. C’est ça aussi le voyage. 

A 15h30 les tambours se réveillent. Quatre percussionnistes tambourinent, reproduisant pendant quelques minutes les sonorités d’antan. Au 17ème, 24 tambours sonnaient l’heure. 

Impossible de trouver un loueur de vélos depuis l’apparition des cycles en libre service qui ne sont louables que via Wechat, l’incontournable outil chinois. Sans wechat et sans compte en banque chinois, on n’a pas à accès à la plupart des services de la ville. On est bloqués alors on marche! 

Beihai, le jardin impérial, est baigné dans la douce lumière de fin de journée. Les temples sont hélas déjà fermés. Les loueurs de pédalo ont rangé leur stand. La pagode blanche pointe sa flèche dorée au sommet de l’île de jade. Quelques danseurs de tango tournoient sous les pavillons des cinq dragons. Nous reprenons le chemin de la maison frustres de n’avoir pas pu profiter de ce magnifique parc. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans le même pays

Chine

Frontières urbaines

La brume marine obstrue le paysage urbain ce matin, les sommets de verre et d’acier se perdent dans l’éther. Zaha Hadid a bâti « l’innovation tower »

Lire la suite »
Chine

Le Temple du Ciel

Deux riz vapeur, trois baozi au porc, deux aux légumes, des bananes et une crêpe, le vendeur du coin nous sert avec le sourire comme

Lire la suite »
Chine

Beijing express

A 6h30m il n’ a pas encore foule et la queue pour la fouille avant l’entrée en gare reste acceptable. Nous sommes épuisés, la nuit

Lire la suite »