Répétition générale

Le chaton miaule. Les enfants lui tournent autour, l’approchent, s’eloignent, craintifs. Le soleil pêne à atteindre la table du petit déjeuner dans la cour. Tandis que nicolas observe les chinois s’exercer au taiqi dans le parc d la porte sud, les paresseux paressent.

Résider entre les murailles est très agréable. On peut rentrer, ressortir, aller manger à côté, renflouer sa réserve de nougats lorsqu’elle vient à manquer, revenir jouer, courir chercher un yaourt chez le Vendeur de la grande rue, boire un double espresso au bar d’à côte, faire un saut à la maison pour gratouiller à nouveau le chaton tandis qu’il miaule de sa voix de soprano. Nos masseuses nous saluent à chaque passage mais nos dos quelque peu endoloris ne sont pas près à réitérer l’expérience. Tandis que la journée passe paisiblement, une chape de pollution de plus en plus pesante vient voiler le soleil et asphyxier nos bronches. 

Nous flânons encore dans les rues de la ville que nous connaissons suffisamment pour laisser notre plan plié au fond du sac. Si le spectacle de la maison du gouverneur nous laisse sur notre faim, la répétition des festivités du premier octobre est A la hauteur de l’événement.

Le soir venu, la répétition générale en vue de la commémoration se déroule sous nos yeux stupéfaits. Rien n’a donc changé depuis la révolution culturelle ? Vastes chorégraphies, costumes, musique révolutionnaire sur fond de vidéos de propagande, tous les écoliers de la ville et leurs parents sont réunis. Nous sommes pantois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans le même pays

Chine

Béatitude à Zhangye

Roulement des valises, conversations trop sonores, odeurs de cigarettes, à minuit comme à 6h30 du matin il est difficile de dormir sur ses quatre oreilles

Lire la suite »
Chine

Dégrisés par les oies

Grisaille persistante, pollution galopante.  Journée molle.  Trop de monde au spectacle des fontaines de la pagode de l’oie qui n’a de toutes façons aucun intérêt.

Lire la suite »
Chine

Les ocres zébrés

Il pleut. Les températures fléchissent. L’automne s’installe. La grisaille est propice à une matinée studieuse. Les enfants ont un peu délaissé leur carnet de voyage en

Lire la suite »