Les gravures rupestres de Twyfelfontein

La nuit a été réparatrice. Deux chacals ont hurlé face à la lune. Nous installons nos tables de petit déjeuner au soleil dans notre camping désert. Le gaz fait des siennes, impossible de faire chauffer le café. Nos hôtes nous sauvent la mise et nous profitons de ce début de matinée ensoleillée au milieu des rochers roses.

Twifelfontain est connu pour sa source et ses gravures rupestres. James, de la tribu des Damara, nous guide à travers les tableaux classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les damaras mélangent les quatre sons du clic à des syllabes normales. C’est  une langue très étonnante pour notre ouïe. On ne connaît pas très bien l’histoire de ces gravures. Vieilles de 2000 à 6000 ans, elles ont été laissées par les Bushman pour indiquer aux suivants où chasser les animaux, en une sorte de cartographie situant points d’eau et mammifères présents.

Elles auraient également des vertus éducatives, enseignant aux plus jeunes quels animaux chasser et quelles traces suivre.

De nombreuses girafes, animaux sacrés, sont représentées à côté de rhinocéros.

La corne du rhinocéros perce le nuage et la girafe, grâce à son long cou, fait tomber la pluie.

Apparaissent également des phoques et des pingouins, preuve que les nomades transitaient par le désert pour rejoindre l’océan où ils recueillaient du sel pour la conservation des aliments.

La vallée alentour est verdie par des pluies récentes. Les monticules pyramidaux de pierres rouges, tels des tumulus naturels, parsèment le paysage.

Sans un sou en poche, plumes par le montant des entrées, nous passons notre route et squeezons les orgues basaltiques situés non loin.

La pause pique nique a l’ombre des grands arbres du lit de l’Huab est agréable.

La route qui nous sépare du Brandeberg est encore longue.

Sable. Poussière. Bosses. Poussière. Sable. Tôle ondulée. Poussière. Poussière. Poussière.

Les paysages sont saisissants.

Nous rejoignons le chic White lady lodge au soleil couchant.

Petit saut dans une piscine bondée.

Coucher de soleil sublime sur le Brandeberg culminant à 2500m. Violet jaune rouge feu. Puis vient cette étonnante lumière jaune une fois le soleil couche. Et le vent se lève.

Les chants et danses viennent clôturer notre copieux repas. Le perroquet de la patronne miaule et prononce des hello. Nous lui souhaitons bonne nuit et rejoignons notre camping. Il faut déplier les tentes sous la lune presque pleine. Nous sommes au point.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans le même pays

Namibie

La cascade aux baobabs

La cascade d’Epupa est à sec. Sa puissance se ressent néanmoins. Nous la longeons, en quête de crocodiles dans les jumelles. La route est longue,

Lire la suite »
Namibie

Le plateau du Waterberg

Au petit matin, nous filons le ventre vide vers le sommet du plateau du Waterberg. La roche revêt des couleurs incroyables: vert vif, jaune, orange,

Lire la suite »
Namibie

Course contre la montre

Douche chaude avec vue sur le bush dans une ambiance reposante sauvage et raffinée. Plongeon dans la piscine pour Nathanaël le courageux   Nous quittons

Lire la suite »
Namibie

Les secrets de la White Lady

Notre café fume encore dans nos tasses lorsqu’un éléphant deserticole lève sa trompe à une centaine de mètres de notre campement pour arracher la branche

Lire la suite »