Les wallabys de Port Fairy

Après un petit-déjeuner politico-énergétique, nous prenons congé de nos étonnants amphitryons. Les plages sauvages de Beach Port offrent de magnifiques points de vue sur la côte calcaire. Rochers et sable blanc se mêlent, formant de vastes rouleaux, rejetant de large algues et des coquillages nacrés. 

A côté de Mont Gambier, un vaste lac bleu a pris place au cœur d’un cratère. L’eau change de couleur au fil de l’année, passant d’un bleu profond à un turquoise vif. Le lac constitue une grande réserve d’eau potable pour la région. 

Juste avant d’arriver à Nelson, nous changeons d’état et entrons dans le Victoria. Nous perdons 30 minutes par la même occasion, changement de fuseau horaire oblige. 

Fish and chips, burger, calamars et gâteaux face au port de Portland nous remettent d’aplomb. 

Les maisons victoriennes commencent à se faire plus nombreuses, les anciennes villes portuaires de baleiniers revêtent leur visage bourgeois. 

Nous atteignons Port Fairy en fin de journée. En face de cette charmante bourgade victorienne, la petite réserve de Griffith Island regorge de wallabys, d’oiseaux, d’échassiers. Les rochers volcaniques couleur ébène bordent la plage tandis que les marsupiaux broutent sans se soucier de leur observateurs fascinés. 

Au coucher du soleil, nous passons par le parc naturel de Tower Hill lake. Au cœur d’un ancien cratère, un lac a pris place, entouré d’une faune d’oiseaux et d’une forêt dense. Un rayon de soleil éclaire deux familles de kangourous peu farouches qui broutent imperturbablement sous nos regards ébahis. A deux pas, des émeus cherchent à manger. C’est fascinant de pouvoir observer ces animaux naturels de si près. 

Arrivés face au numéro 70 de Skene Street à Warrnambool, un grand sourire éclaire nos visages. On ne pouvait rêver plus mignonne maison pour notre échange sur la côte. Nous nous sentons immédiatement à l’aise et regrettons à peine entrés, de ne pouvoir nous y arrêter plus de deux nuits. 

Chacun choisit une chambre douillette et dort du sommeil des justes. 

Une réponse

  1. C’est chouette l’Australie d’autant plus que vous n’avez pas l’air d’avoir trop chaud .
    C’est intéressant de voir tous ces animaux dans leur environnement .On peut les observer apparemment sans les déranger.
    J’ai pris l’atlas et je peux vous situer et voir où vous passez.
    La maison où vous avez logé paraissait assez étrange avec ses tableaux plutôt macabres.
    Gros bisous
    Manou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans le même pays

Australie

Camper vanne

La moiteur ambiante nous immerge dans un climat tropical. Pluie torrentielle, chaleur envahissante, moustiques, végétation grasse et fleurie. La « sunshine coast » est plongée dans le

Lire la suite »
Australie

Bonne année du rat

Hong Kong dort encore. L’année du rat débute. Le taxi roule entre les gratte-ciel, les ponts à haubans, les voies rapides. L’aéroport, immense, est très

Lire la suite »