Red Center

Nous quittons notre petite maison pour l’aéroport. D’ici cinq heures nous découvrirons les paysages désertiques du centre rouge et sa chaleur infernale. 

Uluru affiche 36 degrés dès 10h – il y a 1h30 de décalage avec la côte sud du Victoria. Pas grand monde en plein été sous ces latitudes, nous sommes surclassés et repartons avec un gros 4×4 et les conseils éclairés de l’hôtesse de chez Avis: avant de prendre la route de Kings Canyon, faire l’acquisition d’un filet à mouche. Après le masque anti-coronavirus, nous voici affublés de filets devant les yeux… et de dizaines de mouches nous tournant constamment autour, tentant par tous les moyens de s’immiscer dans nos yeux, nos narines, se collant aux sacs, aux appareils photos, aux vitres. Une vraie plaie! 

Pique-nique et cartes en poche, Nicolas aligne 310 km d’une route désertique, rectiligne et quelque peu monotone. Nous croisons très peu de véhicule et le sommes à chaque fois salués. Nous sommes en territoire aborigène. La terre rouge accueille une végétation abondante malgré l’aridité du sol et la chaleur intense. Des chênes du désert surgissent du bush, se faisant de plus en plus dense vers Kings Canyon. Ce paysage atypique est saisissant. 

Le resort est plutôt désert et nous sommes à nouveau surclassés. Pendant la journée, hormis la piscine, il est impossible de faire une quelconque activité. Le soleil brûle. Programme parfait pour Maël et Zélie qui bravent le dégoût provoqué par les insectes flottant à la surface de l’eau et plongent se rafraîchir. Un petit oasis de verdure autour de cette belle piscine perdue au milieu du désert. Quelle vie étonnante que celle des jeunes travaillant dans les quelques complexes touristiques déserts. Il n’y a rien à faire, pas de loisir, pas de réseau téléphone, tout est hors de prix, chaleur et mouches empêchent toute activité diurne… nous sommes curieux de découvrir la raison ayant poussé les peuples aborigènes à s’installer ici. 

La lune se lève, presque pleine sur le rocher émergeant du désert, tandis que le soleil  rougeoyant se couche. Nous avons oublié de prendre des bières fraîches pour admirer ce moment assez unique. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans le même pays

Australie

L’art moderne australien

Dur de sortir du lit pour toute la troupe ce matin, nos longues soirées australiennes nous ont épuisées.  Problème technique, l’appareil photos de Nico est

Lire la suite »
Australie

Kata Tjuta

Ce matin, tel un éternel fastidieux recommencement, le réveil fait résonner son épouvantable sonnerie, arrachant les enfants à leur sommeil réparateur. Difficile de les convaincre

Lire la suite »