Chassé croisé au point d’eau d’Okaukuejo

A 7h30, les portes du camping à peine ouvertes, notre convoi file sur la piste sous une douce lumière matinale.

Éléphantes et éléphanteaux broutent à quelques kilomètres.

Plus tard, un chacal passe dans les hautes herbes rousses. Autruches, girafes, éléphants, buffles, springboks, oryx…

Un éléphant traverse la route. Il barrît lorsque nous croisons sa route de trop près. Nous filons apeurés.

Nous parvenons à Okaukuejo en fin de matinée. La piscine gelée est très attrayante et un plongeon s’impose après le déjeuner. Le trou d’eau est spectaculaire, c’est un défilé incessant d’herbivores, un rhinocéros noir passe parmi les zèbres, les buffles, les oryx, les springboks.

Nous guettons le lion.  Hier il est passé vers 19h30…. Si nous avions de la chance?

Des 17h, livres et carnets de croquis en main, nous patientons.

Les éléphants prennent leur temps au pont d’eau. Viennent les femelles et leurs petits, les mâles partent.

Sept girafes attendent au loin, elles s’approchent lentement, attendant patiemment leur tour.

Elles attendent encore et encore. Les éléphants finissent par partir lentement.

Les girafes s’alignent, tandis que l’une guette les autres écartent leur pattes, en un grand écart inconfortable, afin de plonger leur long cou musclé dans l’eau. Au moindre bruit, les sabots se rapprochent.

Les rhinocéros noirs approchent. Guerre de pouvoir. Cherchant à déloger les girafes a peine arrivées, chacun finit par trouver sa place.

Passent les girafes. Restent les rhinocéros.

Il fait nuit. Une nuit étoilée comme toutes les nuits australes. La Croix du sud brille. La lune offre un croissant renversé.

Les rhinocéros prennent leur temps, narguant tous les autres animaux. Ils boivent encore et encore, font dès pauses, boivent, tournent leur lourde tête vers un bruit. Un chacal passe. Des canards pataugent.

Je m’endors. Tout le monde est allé se coucher. Les températures baissent. Emmitouflée dans ma doudoune je guette le lion.

Le waterhole se vide. Est-ce la fin des herbivores ? Le temps des carnaciens?

Espoir.

Il fait froid. Je lutte.

D’autres éléphants viennent puis des une mère rhinocéros avec son petit.

J’abandonne. Il est minuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans le même pays

Namibie

Calme plat sur Halali

Est-ce la mauvaise heure, l’itinéraire mal choisi? En ce milieu de matinée, aucun animal ne pointe le bout de son nez. A peine quelques zèbres

Lire la suite »
Namibie

Les premières dunes roses

Les flamands roses sont perdus dans une brume couleur ciel lorsque nous repassons à Walvis Bay. Au rond point, deuxième à gauche pour Solitaire. La

Lire la suite »