La cosmologie royale

L’Inde fatigue, le bruit, les sollicitations permanentes, la foule, la pauvreté. Les enfants récupèrent de leurs émotions pendant leur douce nuit. 

Le palais des vents se contemple le matin quand son étonnante façade est éclairée par le soleil. Un guide nous conduit dans le palais. Malgré son débit rapide et peu compréhensible, ses explications approximatives, nous apprécions. L’ensemble fut construit le long du bazar par le maharadjah Sawâi Pratap Singh en 1799 afin de permettre aux 150 femmes du harem royal d’observer l’animation de la rue sans être vues. Des centaines de petites fenêtres, volets, vitraux, claustras, leur permettent de scruter  les spectacles ayant lieu dans la cour centrale  ainsi que le quotidien du bazar. Les cinq étages du palais gardés par les eunuques, chacun dédié à un rang, de la servante à la reine, évoquent la couronne de krishna et mêlent architecture Moghols et rajput. Le Palais Royal était accessible par un souterrain. 

A deux pas de là, l’observatoire astronomique construit par le maharadjah Jai Singh II déploie ses formes abstraites au soleil. Une atmosphère de paysage de science fiction émane du lieu, formes géométriques, abstraction totale, ombres franches. Azimut, inclinaison de à terre, cadran solaire géant, calcul des signes du zodiaque. On consultait l’astrologue pour toutes les grandes occasions, tel l’oracle. Mariage, naissance, mort avaient leur horoscope en fonction de leurs ascendant, signe, planète. La précision et l’échelle des instruments sont étonnamment contemporaines. 

Le bazar est nettement plus animé que dimanche soir, chaque quartier regorge de marchandises classées selon les rues. Les échoppes sont toutes petites, le strict minimum. Les marchands, assis en tailleurs, cousent, taillent, forgent, cuisinent, proposent pierres précieuses, tissus, bijoux, électroménager, médicaments. Les rues sont aujourd’hui trop étroites pour supporter l’afflux massif de deux roues qui malmènent les passants à coup de Klaxons. 

Après trois jours, de retour au Haveli, nous avons pris nos habitudes, baignade pour Maël, apéro sur la terrasse après les devoirs, dîner dans la cour. On nous chouchoute et c’est très appréciable. 

Palais de vents
Observatoire astronomique

2 réponses

    1. « Not too spicy, please »
      La nourriture est délicieuse et les restos pour touristes ont la main légère sur les épices.
      Toujours aussi chouette d’avoir des commentaires. ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans le même pays

Inde

Jodphur la ville bleue

La forteresse de Mehrangarh se dresse sur la ville bleue, ne faisant qu’un avec le piton de grès rouge d’où elle émerge. Nous partons tous

Lire la suite »
Inde

La douceur du luxe

Plongés dans leurs lits douillets, rêvant des mille et une nuits, les enfants font la grasse matinée. La douche chaude, au jet fourni, ne coule

Lire la suite »
Inde

Les murs peints d’Udaipur

Le city palace abrite toujours la résidence du richissime Maharana d’Udaipur, de même qu’un musée et des hôtels de luxe. Moins sculpté que les palais

Lire la suite »