Les murs peints d’Udaipur

Le city palace abrite toujours la résidence du richissime Maharana d’Udaipur, de même qu’un musée et des hôtels de luxe. Moins sculpté que les palais précédents,  long de 333m, il se targue d’être le plus grand du Rajasthan. Blanc, serti de faïences chinoises, de miroirs belges, de miniatures et peintures murales, le palais est construit sur une colline comme en témoigne son jardin Moghol planté d’arbres centenaires au 4ème étage. Les Mewar ne se sont jamais soumis aux envahisseurs Moghols ou britanniques et le claironnent à qui veut bien l’entendre. L’architecture est donc hindoue bien qu’une influence arabe soit notable dans le jardin et que les anglais aient apporté cabinet de toilettes et céramique chinoise. Les intérieurs sont revêtus de fresques et de miniatures quand ils ne sont pas incrustés de miroirs et de marqueteries de pierres.  Ça brille, ça se reflète, c’est coloré, Zélie adore. Des combats d’éléphants ont eu lieu dans la cour jusqu’en 1951, comme en témoignent de vieux clichés. Le palais de la reine est moins impressionnant, agencé autour d’une vaste cour, il abrite une collection de miniatures, essentiellement des reproductions. 

Le temple jagdish dédié à Vishnou est plein de vie. Richement sculpté, il ressemble aux temples du sud de l’inde.

Nous nous perdons dans les ruelles de la vieille ville, le bazar, le marché aux fruits et légumes. Les chèvres occupent les rues, mangent tout ce qu’elles trouvent. Les habitants sont très souriants et chaleureux. On nous invite à prendre le thé, mais nous refusons poliment, impatients de déambuler en ville. De nombreuses peintures colorés recouvrent les murs. A chaque coin de rues, de vieux Haveli délabrés manquent de s’écrouler. La ville est plaisante. Il fait bon s’y perdre. 

Le coucher du soleil sur le lac attire de nombreux badauds, dont bon nombre de français, les principaux touristes étrangers de la région. 

Nous ne saurions quitter l’Inde sans avoir testé ses massages. Un gourou un peu prétentieux nous prodigue une séance s’approchant de l’ostéopathie. Les chakras rechargés, nous rentrons dîner dans notre pension familiale pour notre dernière soirée à Udaipur. 

Le jardin Moghol au 4ème étage
Le temple hindou Jagdish
Bazaar et vieille ville

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans le même pays

28 jours en Inde, Bilan

Ce qu’on a préféré Les habitants De Jodhpur, leur sourire et leur accueil se serrer à 6 dans un tuktuk jouer à cache-cache avec Eliot

Lire la suite »
Inde

Le jour le plus long

La frontière n’est qu’à 4km. Côté népalais, un petit coup de tampon rapide, deux questions et le tour est joué. Nous commençons nos négociations sur

Lire la suite »