Le temple de Savitri est perché en haut d’un téléphérique aussi rapide que les trains indiens. Les macaques ont pris leurs quartiers au sommet, profitant de l’abondante nourriture offerte par les indiens aux divinités. Ils s’epouillent, jouent, font des acrobaties. La vue est brumeuse ce matin, seules quelques montagnes en pain de sucre emergent du voile laiteux. Les champs sont en jachère et la campagne en somnolence. 

Nous quittons Pushkar sans avoir été conquis par la ville mais reposés. Notre train longe les nouvelles voies rapides encore en construction. Bientôt les 40km/h de moyenne ne seront plus qu’un lointain souvenir… ou pas!  Seuls dans le wagon ou presque, nous travaillons paisiblement et pour la seconde fois du voyage, nous arrivons à l’heure à Jodhpur. Nous nous enfournons dans un tuktuk avec nos valises en direction du Castel View Homestay, où nous attendent Eliot, Sophie et Patrice confortablement installés sur la terrasse. La vue est sublime, la pension charmante. Les enfants sont heureux de se retrouver, ils courent, montent, redescendent jusqu’à l’épuisement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.